Dialogues d'univers imaginaires Les œuvres de Christian Vassort donnent à voir un monde ludique peuplé par de sympathiques personnages tout en rondeur. Les scènes illustrées sont situées entre la merveille propre à l'univers du conte et une poésie du quotidien, souvent emprunte de dérision. Chacune semble raconter une histoire, sans cesse réinventée par la découverte de détails évocateurs. Les perspectives et les proportions, pourtant parfaitement maîtrisées par le peintre (...) font l'objet d'un bouleversement réjouissant, signant l'entrée dans une sorte de monde parallèle. Le symbolisme et l'onirisme sont présents, n'excluant pas une approche contemplative de l'oeuvre, jouant sur le ressenti. Sophie Van Vlierberghe – Le Bien Public - 2014 Une expo très réjouissante à la galerie Chaon, 2012 Vendredi 5 octobre, tous les participants au vernissage de la galerie Chaon affichaient un beau sourire ! Ils s’avouaient heureux de contempler les toiles de l’artiste invité, Christian Vassort. Comme gonflés à l’hélium En effet, ce peintre originaire d’Orléans se distingue par un style complètement décalé. Les personnages qui peuplent ses tableaux sont tous disproportionnés, comme gonflés à l’hélium ou gavés aux hamburgers et autres sodas gazeux ! Détail étrange, tous ces êtres ont la particularité de ne pas sourire, alors que les décors et les ambiances qui les entourent évoquent la fête, la joie de vivre, le bonheur. Christian Vassort s’en explique : « Il ne faut pas rajouter du sucré sur du sucré, ce serait vraiment trop ! » Architecte de formation, Vassort a gardé cet amour des formes, des décors. Son univers pictural évolue entre l’ambiance de cirque, celle des bals, de la musique, de la danse, des scènes de rue. Les personnages qu’il met en scène sont burlesques, joufflus. Ce sont les mêmes qu’il reproduit dans les livres pour enfants qu’il illustre. « Tout petit, dit-il, j’ai aimé dessiner des monstres ». Et, pour le moins, ses musiciens, ses équilibristes et ses danseurs de tango ressemblent à des « nains » échappés de Bilbot le Hobbit, le héros de Tolkien, le père du « Seigneur des anneaux ». Si vous avez donc un petit coup de déprime passager dû à l’arrivée de l’automne, allez voir les toiles de Christian Vassort. Plonger dans son univers rondouillard, grassouillet et musical devrait vous requinquer ! La Manche Libre – 9 octobre 2012 SAINT-JEAN-DE-LA-RUELLE Les personnages rondouillards et aériens de Christian Vassort Illustrateur talentueux et discret Le Stéoruellan Christian Vassort sillonne le pays tout au long de l’année pour exposer ses œuvres. Des peintures qui mettent en scène des personnages poupins. Le critique gastronomique du dessin animé « Ratatouille » disait « Tout le monde ne peut pas devenir un grand cuisinier, mais un grand cuisinier peut surgir de n’importe où »… On pourrait presque appliquer cette sentence à Christian Vassort, car peu de personnes, sur la commune de Saint-Jean-de-la-Ruelle, connaissent ce peintre et illustrateur professionnel de grand talent. Teinte discrète des jouets d’autrefois Homme discret, il sillonne pourtant le pays tout au long de l’année pour y exposer ses œuvres. De nombreuses publications destinées à la jeunesse, françaises et coréennes, ont vu leurs pages ornées de magnifique illustrations. (…) Embonpoint Les peintures de Christian Vassort mettent en scène des personnages poupins au cœur de la vie quotidienne. Leur bonhomie permet de capter l’attention et fait du personnage la vedette ultime de la scène. Ils jonglent, dansent, sont équilibristes, jouent de la musique et sont heureux de vivre. Malgré leur embonpoint, l’apesanteur ne semble pas avoir prise sur eux. Les couleurs sont variées et chaleureuses, mais jamais pétantes. Elles ont un peu cette teinte discrète des jouets d’autrefois. Le bois sur lequel il peint donne à ces œuvres un aspect lisse, tout en conservant un certain grain. Nul besoin de se perdre en raisonnements compliqués et de chercher à expliquer ses peintures. Elles sont juste un plaisir à consommer à l’état brut, en toute simplicité. O. M. - La République du Centre – 12 janvier 2012 Coins de ville, coins de vie en clins d’œil artistiques L’œuvre de Christian Vassort s’apparente à un reportage dans une ville, le peintre met en scène des situations de la vie courante, des moments de vie qui interpellent chacun. «Comme des marionnettes, les personnages sont déformés afin qu’ils prennent plus d’importance dans le tableau », souligne l’artiste qui aime travailler les clairs-obscurs en glacis. « Avec des éclairages, des jeux d’ombres et de lumières, j’assemble des choses et le spectateur s’identifie et se reconnaît ». Poésie et nostalgie Chaque coin de ville est ressenti comme un coin de vie, de la vie amoureuse à la vie laborieuse en passant par la vie secrète, et de l’imagination naît l’émotion. Avec une richesse de détails, les toiles sont comme un livre de conte qui invite à un voyage ludique dans le temps, d’où émane une certaine nostalgie et beaucoup de poésie. L’ancien illustrateur d’ouvrages pour enfants expose depuis vingt ans dans de nombreuses galeries. Il fait parti des peintres qui permettent à l’art contemporain de s’évader de la tour d’ivoire où il reste parfois confiné. Presse Océans – Juin 2011 Portrait : Dans l’univers ludique de Christian Vassort Depuis des années, Christian Vassort torture les formes de ses personnages et leur offre sur la toile un environnement de labyrinthes, toute en finesse. « Je n’impose pas de sens. Chacun se pose ses propres questions face à mes tableaux. Je laisse libre cours aux interprétations. » Le peintre a réalisé quarante tableaux qui sont exposé jusqu’au 24 octobre à la galerie Art et Lithographies (…) Ses hommes et ses femmes un peu rondouillards, l’artiste orléanais en dessine les courbes en grande quantité et détient aujourd’hui une vaste galerie de croquis qui lui permet de trouver la bonne expression qui se fondra dans un univers aux mille et une cachettes. Parfois une fenêtre, un miroir, une porte entrouverte font partir les perspectives visuelles vers un monde où l’imagination prend forcément le relais. Dans ses œuvres, tout interpelle. Le peintre rebâtit l’espace, en écartant les angles pour donner encore plus de profondeur à ses personnages. Aidé parfois de pâte à modeler, il recrée des atmosphères du quotidien où le clair-obscur prend toute sa surface, tout en mêlant humour et originalité. A voir ne serait-ce que pour le plaisir des yeux et de cette aventure au pays de l’imaginaire. T.T. – L’Est Républicain - Octobre 2010 « Galerie Alternance » Rien n’est laissé au hasard dans les toiles de Christian Vassort qui se déleste en précisant : « Je refais le monde à ma manière ». Un monde où évoluent des personnages aux disproportions attachantes et finalement harmonieuses. Un univers où les volumes sont mis en valeur par la lumière, où hommes et femmes se déplacent au gré des situations. L’expression des visages se veut digne et réfléchie, venant surprendre par rapport aux ambiances conviviales représentées. Le support est essentiellement en bois enduit, faisant apparaître un léger grain, qui sera ensuite superposé de couches successives d’acrylique et assurera la maîtrise de la technique du glacis. Les teintes se révèlent alors avec une subtilité et une troublante précision. L’artiste compose sa toile avec minutie et ne veut surtout rien imposer quand à son interprétation, « chacun doit ressentir ce qu’il veut par rapport à son vécu ». En tout cas, les dernières œuvres exposées par l’artiste, qui était déjà présent à la galerie, il y a un peu plus d’un an, séduiront sans conteste par le réalisme qu’elles dégagent, d’un monde savamment imaginé… (…) Isis Vernier – Le Petit Boulonais – 2009 « Galerie Sillage » A la galerie Sillage, Christine et Dominique Durard accueillent les œuvres de Christian Vassort (…) qui entraîne le visiteur dans leur vision du rêve. L’Orléanais Christian Vassort, qui expose une vingtaine de toiles, peint depuis toujours. Il peint à l’acrylique sur bois, en utilisant la technique de la peinture au glacis. « Au début, je dessinais », se confie-t-il. « Mais ensuite, comme j’étais à la recherche de choses nouvelles, la peinture est venue à moi naturellement ». Importance des personnages L’artiste, qui dit aimer la peinture de la Renaissance, se sert des connaissances acquises lors de ses études d’architectures pour utiliser la lumière et les clairs-obscurs. Ses tableaux représentent, pour la plupart, des personnages dans la vie quotidienne et il les met en scène, dans un monde différent du nôtre. « Un monde de rêve, où tout peut être transformé », souligne-t-il. Et l’artiste, qui aime les rondeurs, ne se prive pas. Il change les proportions de ses personnages afin qu’ils prennent de l’importance dans le décor. « Mais tous les éléments du tableau peuvent varier », précise-t-il. Et il associe volontiers des animaux aux personnages, qui se rencontrent la plupart du temps et parfois s’ignorent. L’artiste, qui travaille avec une galerie de Venlo (Pays-Bas), a plus d’une flèche à son arc et illustre également des livres pour la jeunesse. Le dernier album, « L’île aux chimères » est publié aux éditions « L’Atelier du Poisson Soluble ». (…) Le Télégramme – Paimpol – 19 avril 2009 Les tableaux de Christian Vassort... c'est la vie ! C'est d'abord un travail de contraste entre ombre et lumière, puis une architecture prédominante où vivent des personnages décalés. Peu à peu, l'artiste veut nous faire pénétrer dons un monde ludique, où tout est possible, il veut nous impliquer en tant qu’acteurs, nous projeter dans une histoire. Chacune de ses toiles nous embarque pour un voyage dans des mondes imaginaires, théâtres de situations insolites. A chacun son sens de l'humour, sa nostalgie pour continuer l'aventure dont le début nous est proposé par l'artiste. Artiste attachant dont l'oeuvre atteint des dimensions poétiques indéniables, il est aussi illustrateur d'ouvrages pour la jeunesse. Texte paru dans le catalogue de la galerie Art et Lithographie de Pontarlier, pour son 20éme anniversaire – Mars 2009 Galerie Gil Bastide (…) Chez Christian Vassort, on reste toujours dans un univers où règne une profusion de détails, à mi chemin entre un Brueghel et une bande dessinée. «Je fais des personnages disproportionnés pour qu’ils prennent de l'amplitude. Je recherche la vie» commente Christian Vassort qui a commencé au départ à créer des villes. Au fur à mesure, les personnages se sont mis à occuper le devant de la scène. Une thématique urbaine qui s'explique par la formation en architecture de ce peintre de Saint-Jean-de-la-Ruelle. (…) C'est par le dessin que Christian Vassort est venu à la peinture. Dès l'âge de 18 ans, il a commencé à faire des illustrations pour des publicités et des éditeurs. Une manière de s'évader, le temps d'une exposition. (…) La tribune d’Orléans - février 2009 « Je peins un monde de rêve » C. Vassort, un artiste hors normes, comme les bonhommes qu’il peint, expose à « Art et Lithographies ». C’est une ville aux façades colorées, aux usines qui crachent beaucoup de fumée, au marché aux étals chatoyants. Une ville qui assomme, des hommes qui rayonnent. De sa formation d’architecte, C. Vassort, originaire d’Orléans, a gardé cette maîtrise des formes, cette notion du décor et des schémas géométriques qui pourraient donner le vertige. Sa peinture, si elle se concentrait au départ sur des formes, se concentre désormais sur « le côté humain ». Sa peinture « s’intéresse aux gens ». A ce couple qui taille une bavette au bistrot, à celui-là qui rumine son quotidien dans son petit appartement, à celui qui ondule son corps au rythme de la guitare, à ces piliers de bar. On croise « Comme un étendard bafoué », « Les voisins aux abonnés absents », « Sous les cageots, le diable ». Pour la bande dessinée Autant de scènes issues d’un « monde de rêve » avec « des personnages qui ne se prennent pas au sérieux ». Non, on dira que ces bonhommes prennent plutôt la grosse tête, au sens propre bien sûr. Une technique adoptée par C. Vassort dans la droite ligne de celle du Moyen Age ou de la Renaissance, « où l’on déformait beaucoup les visages pour les mettre en valeur dans un décor souvent restreint ». Son talent a déjà été mis à profit pour la bande dessinée dans « L’île aux chimères » (éditions Atelier du Poisson Soluble, 2007), on imagine facilement ses bonhommes dans un dessin animé. Il faut aussi se faire fouineur pour ne rien rater de sa « mise en scène » très fouillée. Un chat dans un angle de porte. Une épaule dénudée par la fenêtre. Un bateau dans l’angle de rue. Des moitiés, des parties, des pistes qui permettent de laisser libre cours à l’imagination, de la débrider. Tout se joue dans la profondeur de champ(s). L’exposition de C. Vassort n’attend pas des visiteurs, mais « des spectateurs ». Xavier FRERE – L’Est Républicain - octobre 2007 Christian Vassort Coins de Ville – Coins de Vie Les peintures de Christian Vassort dépeignent un univers en miniature représentant des scènes de la vie quotidienne, comme autant de récits pimentés d’une famille déambulant dans la ville et dans les rues, où les usines côtoient des immeubles en briques rouges et des églises. Fruit de ses études d’architecture, la ville tient un rôle essentiel dans la construction de ses sujets. La plastique des personnages à l’aspect caricatural, tout en rondeurs, évoque la bande dessinée et le cinéma d’animation. Ses personnages semblent parfois regarder au-delà du décor vers d’autres aventures qui échappent à notre regard, ou continuant sur d’autres toiles. La minutie et la précision avec laquelle Christian Vassort exécute ses œuvres, provoque une impression de poésie empreinte d’une certaine inquiétude donnée par la volonté graphique de marquer les ombres, de souligner les traits et les contrastes de lumière afin de créer un climat d’étrangeté. La richesse des détails, l’inventivité des situations contribuent à créer une variété de relations extraordinaires entre illusions et faux-semblants, afin de plonger le spectateur dans un climat imaginaire favorable à l’évasion. Ses toiles offrent le spectacle d’une réalité adaptée à la dimension du merveilleux, qui finalement devient plus vrai que nature. L’originalité de ce monde minuscule transmet des émotions de rêve et d’irréalité. Pourtant, l’on devine derrière l’apparence légère des sujets, une trame d’histoires secrètes plus ambiguës, soulignant parfois l’aspect angoissant de la vie . Patrice de la Perrière – Univers des Arts – Novembre 2006 Art : « Un petit clin d’œil à notre inconscient » Christian Vassort expose 72 toiles à la chapelle des Jésuites. Le moins qu’on puisse dire, c’est que Christian Vassort n’a pas la grosse tête… Et pourtant : les amateurs d’art qui voudront bien franchir le seuil de la jolie chapelle des Jésuites, pourront s’apercevoir, au vu des 72 œuvres qu’il expose, que cet artiste orléanais ne manque pas de talent. Christian Vassort n’a pas la grosse tête, et pourtant les personnages qu’il peint ont la… tête grosse. Enorme même. Disproportionnée, en tout cas, par rapport aux normes habituelles : « Normal, explique-t-il, quand on regarde les gens, instinctivement, la première chose qu’on regarde, c’est leur figure. Du coup, j’agrandis celle de mes personnages, afin de leurs faire prendre de l’importance dans le décor… » Tours de Babel Parce que le décor occupe une place essentielle, dans les compositions de cet ancien architecte. Le décor urbain, notamment, avec ses tours de Babel qui penchent un peu de tous les côtés… Ou encore, ces décors d’intérieurs, intimistes, dans lesquels on retrouve encore et toujours ces personnages macrocéphales, occupés à vaquer à leurs micro activités… avec, souvent - envers du décor - », cachés dans l’ombre, un animal monstrueux, voire carrément un inquiétant diablotin : « Ce que je recherche à représenter par là, c’est un peu notre côté caché, l’envers du tableau… Un petit clin d’œil à notre inconscient » En toute conscience, les amateurs de jolie peinture auront tout intérêt à venir jeter un clin d’œil à cette très, très belle exposition. Laurent Charnin – Le Journal de la Haute-Marne - Novembre 2006 Tranches de ville … remettre les choses en place… (Texte paru dans le catalogue « 15 ans d’expression artistique » édité par la ville de Gennevilliers) Ici, la vie, la ville sont vues de haut. Non par dédain mais pour remettre les choses en place. Les personnages, tout en rondeur, semblent attendre l’heure de quitter la toile pour un étrange voyage au bout du port, vers la capitainerie et ses mystères. En contrepoint de l’architecture des cités, nous voilà contraints à lever la tête, nous qui avons appris à ne regarder que ce qui est à portée de vue. Roger Facy – 2004 PORTRAIT Christian Vassort, invité du 97ème Salon des Artistes Orléanais  Peintre et illustrateur, il a réalisé « Le berger égaré », affiche du salon.  Il expose auprès de 110 artistes de toute la région Centre au Puellier. « Les Artistes Orléanais m’ont toujours fait confiance… » Christian Vassort avoue avec modestie qu’il est ravi d’être l’invité de ce 97e Salon des Artistes Orléanais. Pour l’occasion, il présente six toiles, des plus récentes et inédites. Déjà tout petit, l’homme dessine. Il se met à la peinture vers 18-20 ans, suit des études d’architecture, réalise des illustrations publicitaires dans l’immobilier, dans l’édition. En 1998, il illustre un album pour enfant « Flavie Levure ». « Avec ses toiles, chacun crée son histoire » Avec les années, son style s’affine. Aux lignes droites et rectilignes, il préfère aujourd’hui les formes arrondies, plus souples, coulantes : celles d’étranges bonshommes entre dérision et caricature. « Avec les personnages, on peut davantage se laisser aller, avoir plus de liberté. » Christian Vassort n’a pas perdu pour autant son goût prononcé pour l’architecture, les immeubles, les scènes de ville. « J’aime créer des ambiances polar, urbaines, industrielles. J’aime aussi déformer les personnages pour qu’ils s’intègrent au mieux dans le décor tout en jouant avec les volumes, les lumières. » Et l’inspiration de ses tableaux imaginaires, il la trouve par le biais d’une « image » qu’il a en tête, d’un « personnage », d’un « volume », de ce qu’il voit en ville. Et pour s’immerger encore plus dans son monde, il se fabrique des petits volumes en carton. « Je les éclaire, je tourne autour », comme pour mieux capter une courbe, une forme, un angle de vue… « J’aime m’amuser et espère amuser les autres, communiquer du plaisir… » L’artiste peintre a remporté en 1991, le Prix des Artistes Orléanais, groupe dont il est sociétaire depuis près de dix ans. Pour le plaisir de « se mesurer à d’autre », mais surtout de « rencontrer d’autres artistes, d’échanger », il reçoit, aujourd’hui la reconnaissance de ses pairs. Honoré. Claire Damon - La République du Centre – 25 novembre 2004 Christian Vassort dévoile son univers poétique et esthétique à la galerie B. David Brigitte David, pour la seconde exposition organisée dans sa toute nouvelle galerie, a choisi de présenter les œuvres très attachantes d’un peintre orléanais, Christian Vassort. A la dimension esthétique indéniable des toiles se mêle une dimension poétique, qui ne manque pas d’émouvoir celui qui prend le temps de plonger dans ces constructions extraordinaires, parmi lesquelles vivent des personnages volontairement grossis. « Les personnages sont déformés pour qu’ils prennent de l’importance dans le décor », précise Christian Vassort. « Je fais un croquis d’abord, je laisse reposer, et puis quand ça me plaît, je fais la toile » raconte le peintre, qui ajoute : « Ce qui me plaît, c’est le côté ludique ! Et, si je peux apporter un peu de plaisir aux spectateurs, je suis ravi. » Décors, personnages, spectateurs : c’est bien un monde que nous propose l’artiste, et ses toiles sont comme des portes ouvertes sur un conte qui n’attend que les mots… La République du Centre – 2004 Christian expose à la galerie des Remparts : De l’imagination naît l’émotion (…) Comme des livres …, Christian Vassort cherche, comme il l’explique, « à impliquer le spectateur dans un monde ludique où tout est possible » : un chat sort d’une théière, un arbre sert de portemanteaux, des personnages cherchent à sortir des fenêtres. Ses peintures peuvent être appréhendées comme des livres, tant la richesse des détails et des situations permet à chacun de se raconter sa propre histoire. Ce n’est pas un hasard si Christian Vassort est également régulièrement sollicité en tant qu’illustrateur. « Je cherche à créer des contrastes de lumières, de formes », souligne-t-il. Son univers, qui, par certains aspects, rappelle les peintres surréalistes est profondément attachant. Christian Vassort fait partie des peintres qui permettent à l’art contemporain de sortir de la tour d’ivoire où il reste parfois confiné. Ouest-France – Le Mans – Sarthe – 2001 LABYRINTHE POETIQUE Vassort nous invite dans ses peintures à la complicité, à une visite accompagnée dans des paysages où le parcours de l'œil et la pénétration du regard sont guidés, nourris d’espace, de lumière, d’étrangetés. La pureté, la précision des éclairages ont sur les scènes représentées un effet de distanciation qui nous ouvre les portes d’étranges univers. Vassort mène le jeu et nous plonge dans un monde décalé, un labyrinthe poétique à la Fellini tonifié par les chocs d’images et de couleurs, les coulées de lumière, les rythmes architecturaux, la diversité des matières. A l’ombre des pins, ce sont bien des bateaux qui encadrent la villa ; mais c’est peut-être bien le navire de pierre au toit bleu qui fendra de son étrave la mer de nuages… D.D. - Artension N°31 - Février- Mars 1992 ELEPHANTESQUES FAUX-SEMBLANTS OU CINE-PEINTURE … Christian Vassort a pris depuis longtemps ses pinceaux pour voyager dans cette confusion de mondes qu’il organise avec minutie en leur donnant l’éclat pictural d’une belle illustration. Nous pénétrons dans chacune de ses toiles comme nous entrerions dans un roman de fiction, avec son cortège de décors, de situations évidentes ou mystérieuses où se tramera l’intrigue. Le dédale de l’architecture qu’il peint en utilisant des patines variées, à la manière d’une marqueterie, ne nous perd pas pour autant . (…) Comme dans une bande dessinée, c’est l’œil du peintre scénographe qui éclaire judicieusement la scène. C.M-C. - La République du Centre – 1991
PRESSE
Accueil Peintures 2006 1er trimestre 2006 2ème trimestre 2006 3ème trimestre 2006 4ème trimestre 2006 2007 1er trimestre 2007 2ème trimestre 2007 3ème trimestre 2007 4ème trimestre 2007 2008 1er trimestre 2008 2ème trimestre 2008 3ème trimestre 2008 4ème trimestre 2008 2009 1er trimestre 2009 2ème trimestre 2009 3ème trimestre 2009 4ème trimestre 2009 2010 1er trimestre 2010 2ème trimestre 2010 3ème trimestre 2010 4ème trimestre 2010 2011 1er trimestre 2011 2ème trimestre 2011 3ème trimestre 2011 4ème trimestre 2011 2012 1er trimestre 2012 2ème trimestre 2012 3ème trimestre 2012 4ème trimestre 2012 2013 1er et 2émé trimestre 3éme et 4éme trimestre 2014 2015 2016 Curriculum, Expos. Articles de presse Illustrations Liens Boutique/Shopping Nouveau menu